Biodiversité : Projets

Un groupe d’experts a été constitué au sein du GIS Littoral basque pour étudier l’algue Ostreopsis qui a fait son apparition sur le littoral basque en 2020 et impose des mesures de gestion.

Ostreopsis est un genre d’algues microscopique de type dinoflagellé. C’est une microalgue benthique qui a la particularité de se développer sur un support qui peut être rocheux ou algueux. Elle se trouve donc essentiellement sur les côtes rocheuses.

Jusqu’en 2020, seule O. cf siamensis était connue sur le littoral basque. O. ovata est connue sous les tropiques pour être à l’origine d’intoxications due à la palytoxine qu’elle émet. Les premières intoxications liées à Ostreopsis datent de l’été 2020 sur la plage des Deux Jumeaux à Hendaye où des observations de floculations caractéristiques d’Ostreopsis ont été constatés. La CAPB a alors mandaté l’Ifremer pour réaliser des prélèvements et analyses.

Dispositif de suivi dans les eaux de baignade mis en place à l’été 2021

Au mois d’août 2021, des cas symptomatiques sont remontés au centre anti-poison de Bordeaux suite à la fréquentation des plages de Biarritz, Bidart (Parlementia), Guéthary (Port), Saint-Jean-de-Luz (Erromardie), Hendaye (Deux Jumeaux).

Deux suivis ont été mis en place :

  • Un suivi bimensuel sur macroalgues par Ifremer sur 3 stations (Viviers basques, Erromardie, Parlementia) suivi d’une identification moléculaire
  • Un suivi hebdomadaire dans la colonne d’eau par Ifremer sur 7 stations (Deux Jumeaux, Socoa, Erromardie, Cenitz, Parlementia, Ilbarritz et Grande Plage).

Suivi environnemental 2022 conclu dans le contrat de recherche CAPB/ Ifremer/ Rivages Pro Tech

Les différents objectifs du contrat de recherche sont les suivants :

  • Le suivi de la saisonnalité d’Ostreopsis en lien avec les conditions climatiques ;
  • Le suivi d’Ostreopsis dans les eaux de baignade pendant la période de bloom (période d’efflorescence algale) de manière à connaitre la dynamique hebdomadaire ;
  • L’identification des périodes à risque ;
  • La mise au point d’une technique de biologie moléculaire permettant l’identification et la quantification des deux espèces (cf. ovata et cf. siamensis) ;
  • L’évaluation de la robustesse de la méthode d’échantillonnage (fiabilité et rapidité) (effet de l’heure de la marée, localisation sur la plage (est/ouest), etc.).

Le choix des sites s’est porté sur les sites sur lesquels :

  • Des données avaient déjà été acquises ;
  • Des sondes de température avaient été installées par Ifremer ;
  • Des fortes concentrations d’Ostreopsis avaient été détectées dans les eaux de baignade par RPT en 2021 (Socoa, Cenitz, Ilbarritz).

Le protocole de prélèvement se base sur celui détaillé dans les travaux de Jauzein et al. 2018 :

  • Les prélèvements d’eau de mer seront effectués en 1er à l’aide d’un flacon de 250 mL ;
  • Les prélèvements de macroalgues cibleront l’espèce la plus représentative sur le site (ex. : Gelidium corneum, Halopithys incurva). Le flacon de prélèvement sera alors ouvert sous l’eau, l’algue alors détachée de son substrat sera introduite dans le flacon puis remontée à la surface et fixée au Lugol (utilisé en tant que colorant pour marquer les structures cellulaires au cours de l’observation au microscope).

Pour répondre au dernier des 5 objectifs listés ci-dessus, des prélèvements complémentaires seront réalisés sur la plage d’Erromardie et consisteront en la réalisation de :

  • 5 points de prélèvement sur la plage afin de connaître la répartition spatiale d’Ostreopsis à l’échelle d’un site ;
  • Prélèvements toutes les 2h sur 24h dans les eaux de baignade afin de connaître l’influence de la marée sur les résultats ;
  • Prélèvements en plongée selon un transect perpendiculaire à la plage afin de connaître la répartition bathymétrique des concentrations d’Ostreopsis.
  • Elaboration d’une base de données rassemblant les données environnementales et les conditions océano-climatiques : tendances, évènements extrêmes

L’objectif de cette matrice est de repérer les anomalies environnementales et tenter de les corréler à la présence d’Ostreopsis. Si les résultats sont probants, l’objectif final de cette matrice/base de données est la définition d’une matrice avec plusieurs niveaux de vigilance.

Les résultats des prélèvements réalisés pendant la saison 2022 dans les zones de baignade sont disponibles ici : https://www.communaute-paysbasque.fr/vivre-ici/leau/le-littoral/les-eaux-de-baignade/suivi-ostreopsis

Parallèlement à ces actions, un programme de recherche est en cours de montage

A ce jour, les partenaires de ce projet sont : Ifremer, Rivages Pro Tech, AZTI, UPPA, Universidad del pais vasco, CNRS-laboratoire océanographique de Villefranche sur Mer, CAPB, Gouvernement basque -URA.

Ce programme de recherche vise à comprendre l’apparition d’Ostreopsis sur le littoral basque, l’écologie, les toxines et leurs impacts sur la santé humaine et la biodiversité

Pour plus d’information sur Ostreopsis et le contrat de recherche en cours, vous pouvez visionner ce reportage de France 3 Euskal Herri : https://youtu.be/cwo8vJ-4jo8

Dans la même rubrique