Qualité de l’eau : Pour aller plus loin

Le contrôle et la gestion de la qualité des eaux de baignade est régie par la Directive 2006/7/ce du parlement européen et du conseil du 15 février 2006 (abrogeant la directive 76/160/CEE). Cette réglementation impose d’évaluer la qualité sanitaire des eaux en mesurant deux paramètres témoins de contamination fécale : Escherichia Coli et Entérocoques intestinaux.  En France, ce sont les Agences Régionales de Santé, établissements publics administratifs de l’État français chargés de la mise en œuvre de la politique de santé dans leurs régions, qui contrôlent la qualité sanitaire des eaux de baignade d’un point de vue réglementaire.

Pour ce faire, les Agences régionales de santé investiguent dans les eaux de surface les entérocoques intestinaux et E.Coli par méthode de culture ou par filtration sur membrane (ISO 7899-1 ou ISO 7899-2 –  E Coli, et ISO 9308-3 ou ISO 9308-1 – entérocoques). Ces méthodes d’analyse microbiologique, dont les résultats sont accessibles entre 36h et 72h, permettent d’établir des seuils de concentration afin de classer les eaux de baignade selon la typologie suivante : insuffisante, suffisante, bonne qualité, excellente qualité.

Cependant, du point de vue de la gestion du littoral basque, ces projets sont essentiels pour flécher et orienter la hiérarchisation des actions de la puissance publique  : travaux, études, aménagements, modélisations des flux bactériologiques….

En effet, la qualité des eaux du littoral est liée lien avec d’autres sources situées plus en amont et qu’il est aujourd’hui nécessaire d’agir à l’échelle globale des bassins versants afin d’endiguer efficacement ces épisodes de pollutions.

L’identification des cibles potentielles permet aussi la définition d’outils de sensibilisation spécifiques afin d’imaginer de nouveaux partenariats/mode de gestion avec les acteurs de l’eau et du secteur agricole.